AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Deuxième version : Memory Box a revêtu sa deuxième version ! Toutes les informations sont ici ! ☆
-49%
Le deal à ne pas rater :
Samson SR850 Casque Studio ouvert
25 € 49 €
Voir le deal

Partagez

Because you're mine, I walk the line (Estrella)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Oliver Astra
- petit amour -
Oliver Astra
⊱ Messages : 46
Because you're mine, I walk the line (Estrella) Vide
Because you're mine, I walk the line (Estrella)
Jeu 16 Jan - 23:37
Because you're mine, I walk the line

J’étais irrité. Pourquoi ? Parce qu’elle me refaisait la même connerie qu’elle faisait toujours. Elle allait vers un autre. Bon… nous ne sommes plus ensemble, c’est ma faute, mais ce n’est pas une raison. Estrella le savait pourtant, elle savait très bien qu’elle ne pouvait pas me remplacer. Elle n’a jamais pu et c’est comme ça que je l’aimais, à porter de main dès que j’avais envie. Bon… je sais, je sais… ça sonne comme des répliques d’un connard. Ce n’est pas ce que vous croyez, je l’apprécie, vraiment ! Elle me donnait l’impression d’être important, que je n’étais peut-être pas aussi inutile que le reste du monde semblait le dire. Elle était toujours là pour moi et ce, même quand je ne voulais plus d’elle… voyez-vous… j’aime les défis et, aussi adorable soit la brésilienne, elle n’en représentait pas un. Lorsqu’une offre plus intéressante se présentait, c’était toujours la même chose, je la plaque. Elle pleure un peu mais continue de m’envoyé des textos jusqu’à ce qu’elle cesse… c’est là que j’ai un problème. Si elle ne me répond plus, c’est qu’elle avait trouvé quelqu’un d’autre et ça, ça m’était impensable. Si elle passait à autre chose et qu’elle réalisait à quel point j’étais horrible pour elle… elle ne reviendrait plus jamais. Et là, là je serais seul… et ça, ça devenait problématique.

Voilà pourquoi j’étais dans ma voiture en ce moment. J’ai quitté la vie trépidante du centre-ville pour le calme déprimant de la banlieue avec un seul objectif ; récupérer ce qui m’appartient. J’ai entendu dire qu’elle avait un rancard ce soir, un ami commun a cru bon de m’en parler, et j’ai su que je devais absolument lui rappeler que personne ne pouvait la compléter aussi bien que moi. Certes, je la forçais à me revenir seulement quand ça me chantait mais elle m’a toujours repris. Elle me reprend, on se remet ensemble un temps, puis je fais une connerie ou je la largue et c’est retour à la case départ. Ce n’est pas sain, mais c’est la personne la plus équilibrée qui est entrée dans ma vie. Il pleut sur mon pare-brise et je roule les yeux, si cliché. Le mec qui débarque chez son ex petite-amie à la pluie battante pour qu’elle le reprenne… je sais, moi aussi cette ambiance de Nicholas Sparks me lève le cœur… mais Estrella adore ce genre de truc.

Vingt minutes plus tard, je suis dans l’allée de la belle brune. Je glisse une main dans mes cheveux pour essayer de les recoiffés. Mon t-shirt déchiré, mon manteau de cuir, des skinny jeans troués et mon air le plus désolé du monde… ouais, ça va le faire. Je sors de ma voiture remarquant, enfin, l’autre véhicule devant moi. Surement le nouveau… il va avoir une bonne surprise. J’arpente en quelques pas le sentier vers la porte principale et appuis sur la sonnette pour manifester ma présence. Un large sourire condescendant apparait sur mon visage lorsque le type ouvre la porte. Je baisse les yeux pour croiser les siens, clairement, il ne s’attendait pas à voir un type de ma carrure. « T’es pas le livreur, hein ? » grommèle-t-il et je ne peux réprimer que de sourire davantage. « Non. Est-ce qu’Ella est là ? » Ella, c’est le surnom que je lui ai donné un soir et que j’utilise depuis. Personne d’autre ne l’appel comme ça et je comptais bien que ça reste comme ça. Le type se renfrogne et l’appel. J’en profite pour m’inviter à l’intérieur de la large demeure encore mouillé par l’averse abondante. J’entend des pas dans l’escaliers et elle tourne le coin, mes grand yeux bleus croisent ses iris noisette. « Hey Babe… » dis-je simplement.
Codage par Libella sur Graphiorum

ˇ ˇ ˇ ˇ ˇ ˇ ˇ ˇ ˇ

i'm the
bad guy

duh.


Revenir en haut Aller en bas
Estrella Galvão
- ô capitaine, mon capitaine -
Estrella Galvão
⊱ Messages : 33
Because you're mine, I walk the line (Estrella) Vide
Re: Because you're mine, I walk the line (Estrella)
Mar 21 Jan - 9:36


|
notre histoire ne peut finir dans le calme et la tendresse ;
@Oliver Astra & Estrella Galvao


— Le cri d’un cœur abandonné, largué, désespéré. T’écoutes plus rien quand le palpitant vibre, amoureuse d’aimer, étouffée par les phéromones que l’amour te propose. T’arrives pas à te contrôler face à l’amour, face à ce désir t’irradiant d’être adulée. Le chaos d’une histoire inachevé, le cœur strié de douleur que t’essayes de combler avec l’inutile, le non-sens et l’agréable. Tu te donnes sans jamais rien donné, parce que tout ce que t’avais à proposer à déjà été pris, et jamais rendu. C’te putain d’ange qui quitte jamais ton cœur. Alors tu te noies dans un chaos sans fin, aimant à tord et à travers, Bo, puis OIiver, sans cesse, des histoires qu’ont pas de sens, mais dont tu ne peux te passer. Ce soir, t’avais refusé de passer la soirée seule, parce que ton cœur était bien trop lourd. Tu te sentais tellement seule que n’importe qui faisait l’affaire, alors t’avais recontacté une ancienne conquête, pour une histoire d’une nuit et seulement une nuit. Un homme, grand, ténébreux, bien loin de l’habituel, basané comme toi. Tout ce qui comptait c’était que dans ses bras, tu pouvais disparaitre, tu pourrais oublier cette douleur dans le myocarde. Alors t’es là, tu danses à ces côtés, sur une musique sensuelle, et tu n’oublies pas de boire, parce que l’alcool était le meilleur remède. Et puis la sonnette vous dérange, et là, tu sens le chaos arriver. Parce que tu connaissais trop bien la ritournelle, la chanson, toujours aussi douloureuse. T’avais pas besoin de ça, ni de lui. En cet instant en tout cas. Ton invité allait ouvrir la porte, et toi, avec dédain, tu te dirigeais vers l’entrée, descendant les escaliers. Tu mis tes cheveux vers l’arrière et vidait d’un trait le verre que tu tenais dans la main. Puis tu t’approchais d’Oliver.

« - Dégage Oliver. J’ai pas besoin de toi. Comme tu peux voir, je suis en bonne compagnie. »

Et c’était vrai, il était nocif. Pour toi, pour ta vie. Et t’avais beau l’aimer de toutes tes forces, l’anarchie finissait toujours par l’emporter, et il continuait à t’éclater le cœur, déjà bien morcelé. Tu te posais face à lui, les bras croisés sur ton buste, et tes yeux ne quittait jamais les siens, parce que tu comptais pas le laisser faire cette fois.

« - J’imagine que c’est un de tes potes qu’a craché le morceau, comme d’habitude. »

Tu soupirais, avant de le narguer, parce que t’avais besoin qu’il souffre lui aussi. Qu’il n’y ait pas que toi qui morfle dans cette histoire, tu connaissais sa possessivité, et t’allais t’y engouffrer, l’alcool t’y aidant surement.

« - Puis tu sais quoi Oliver ? J’suis pas un objet qu’on prends et qu’on jette. Alors maintenant, récupère ta voiture et va voir ailleurs, parce que t’es en train d’éclater ma soirée. »

Et putain ce que tu voulais passer une bonne soirée, parce que t’en avais terriblement besoin. L’alcool et le sexe, ton meilleur remède contre les bleus à l’âme.
(c) SIAL ; icon kawaiinekoj


ˇ ˇ ˇ ˇ ˇ ˇ ˇ ˇ ˇ

Et je te rends ton amour▬ redeviens les contours, c'est mon dernier recours. Je te rends ton amour, au moins pour toujours. Et je te rends ton amour, le miens est trop lourd. C'est plus flagrant le jour, ses couleurs se sont diluées.
Revenir en haut Aller en bas

Because you're mine, I walk the line (Estrella)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MEMORY BOX :: III. Mawana, New Zealand :: Muritai avenue :: no place like home-